Catégories
Ressources

Avec des marrons

  1. Les plateaux de marrons
  2. Construire la bande numérique
  3. La commande de marrons
  4. La chenille, jeu de société

Ces activités ont été réalisées en PS/MS/GS dans ma classe maternelle.
Elles permettent de travailler différentes compétences liées aux quantités et aux nombres.
Les sections sont mélangées au sein d’ateliers échelonnés dans notre classe.

1. Les plateaux de marrons

Principales compétences travaillées :
  • Niveau 1 : effectuer une correspondance terme à terme.
    Repérer le haut, le bas, le milieu
  • Niveau 2 : identifier, réaliser des collections de 1 à 4.
    Repérer la droite et la gauche.
  • Niveau 3 : se repérer dans un quadrillage.
Atelier autonome : les plateaux de marrons

Plusieurs modèles de pinces, des marrons et des plateaux à œufs sont à disposition. « Remplis le plateau avec des marrons sans les toucher avec tes mains. »

Ce dispositif ouvert permet de prendre en charge le besoin d’expérimenter de l’enfant avant d’introduire des consignes fermées.
Les enfants y travaillent la motricité fine, la coordination oculo-manuelle, la patience et la sociabilité lorsqu’il faut partager la caisse de marrons.

Atelier échelonné : les plateaux d’œufs et marrons
Réaliser son plateau

L’enfant doit reproduire une image consigne, en disposant sur un plateau, des œufs en polystyrène et des marrons qu’il saisit avec une pince.

Les images consignes respectent une progressivité de difficulté.

Exemples de modèles de plateau à réaliser

Lorsqu’un enfant réussi une série de 4 fiches modèles d’un même niveau, il peut passer au niveau supérieur, quelle que soit sa section. Nous notons les réussites soit directement sur le brevet, si nous avons le temps et l’espace sur la table, soit sur la liste de l’atelier.

Les pinces ajoutent au charme de cet atelier et demandent à l’enfant plus de concentration pour gérer à la fois l’aspect moteur et la réalisation de la consigne.

Trop difficile ?
Certains enfants ne repèrent pas le haut, le milieu et le bas du plateau. Peindre ces lignes sur le plateau peut aider.
D’autres ne perçoivent pas le lien entre l’image consigne et le plateau réel. Dans ce cas, je reproduis l’image consigne sur un plateau à œufs devant leurs yeux puis je leur demande de le reproduire à leur tour. L’enfant prend alors le réel à même échelle comme un référent et non plus comme une représentation, ici une photographie consigne réduite.

Trop facile ?
Pour les élèves qui progressent très vite, j’ai créé des fiches qui reprennent certaines compétences de façon plus abstraite.

Des modèles de grilles à réaliser avec leurs cartes à découper

2. Construire la bande numérique

Principales compétences travaillées :
  • Niveau 1 : Reconnaître globalement et exprimer des petites quantités.
  • Niveau 2 : Dénombrer une quantité en utilisant la suite orale des nombres connus.
    Associer le nom de nombres connus avec leur écriture chiffrée.
  • Niveau 3 : Comparer des quantités, résoudre des problèmes portant sur les quantités.
Complexité de la bande numérique

L’horizontale des chiffres est ordonnée du plus petit au plus grand, comme celle des quantités en-dessous. On ajoute 1 pour passer d’une case à l’autre, vers la droite. (Dis comme ça, on sent bien que ça doit coincer pour les enfants ! )
Les verticales lient chaque nombre à sa quantité correspondante. C’est l’équivalence qui est signifiée lorsque l’on passe d’une case à l’autre.
Le jeu collectif dévoile à travers les réponses très approximatives des enfants, combien cette représentation ne va pas de soi.

Jeu de la bande numérique cachée

Cette bande est présentée aux enfants en regroupement collectif. Elle est cachée par des Post-it. Certains sont vierges, sur d’autres des formes et des symboles sont dessinés. Ces dessins n’ont pas de sens en eux-mêmes, ils permettent juste de désigner les emplacements facilement.

Quel Post-it on retire ?
Les enfants de moyenne et de grande sections sont regroupés devant la bande ainsi cachée. Je leur demande de me décrire ce qu’ils voient puis je leur propose, chacun leur tour, de me désigner des Post-it en me nommant les symboles, pour que je les retire un à un.
Un chiffre ou une quantité est ainsi découverte à chaque fois.
Je demande à l’enfant de décrire ce qu’il voit. « Je vois le N°2. » « Je vois 4 marrons. »

Puis quand les enfants commencent à percevoir la structure de la bande numérique, je leur demande d’essayer de deviner ce qui se cache sous le Post-it qu’ils m’ont désigné. On soulève pour vérifier et… Oui ! Et je leur demande d’expliciter :
Mais comment as-tu su que sous le cœur, se cachait le chiffre 3 ? ”
Parce que en-dessous, il y a trois marrons et ça va avec .”

Comment désigner les derniers Post-it ?
Quand tous les Post-it avec des dessins sont retirés, il ne reste que les vierges. Les enfants ne peuvent plus les désigner par les symboles ou les dessins. Ils sont obligés de trouver un autre moyen qui affine leur compréhension de la structure de la bande numérique :
« Retire le papier qui est en-dessous du cinq. Je crois qu’il y a 5 marrons. »
« Retire le papier qui est à côté du N° 1. Je crois que c’est le 2. »

Atelier bande numérique à construire

Les bandes numériques individuelles serviront de référent durant l’année. Elles seront plastifiées et rangées dans le casier de chaque enfant. J’en présente une aux enfants à l’ouverture de l’atelier.

Pour le niveau 1, les élèves disposent d’une bande numérique ou les marrons sont légèrement effacés. Ils doivent juste replacer les collections de marrons sur celle équivalente. L’aspect de la collection les aidant beaucoup, peu d’erreurs sont possibles.

La bande numérique avec constellations et ses cartes de constellations à découper

Pour le niveau 2, les enfants disposent d’une bande numérique avec seulement les nombres de 1 à 9 sur la ligne du haut.
Je demande aux enfants qui ont choisi ce niveau de ne pas coller tout de suite les collections, mais d’attendre ma validation avant de le faire.

La bande numérique sans constellation et ses cartes de constellations à découper

3. La commande de marrons

Principales compétences travaillées :
  • Reconnaître et réaliser de très petites collections (de un à trois ou quatre)
  • Dénombrer une quantité représentée pour réaliser la même collection (de 5 à 9)
  • Comparer nombres et collections représentées et résoudre les problèmes portant sur les quantités.
Réaliser une collection équivalente (Niveau 1 et 2)

Aux niveaux 1 et 2, les enfants disposent :

  • d’assiettes
  • de marrons
  • de cartes où figurent un nombre et la photo d’une assiette qui contient la quantité correspondante de marrons.

Les enfants doivent réaliser la même assiette de marrons que celle figurant sur une carte donnée.

On observe différentes procédures pour le premier niveau : certains dénombrent, d’autres ont une vision globale de la quantité, certains effectuent une correspondance terme à terme ou s’appuient sur l’organisation spatiale de la collection.

Certains petits n’accèdent pas encore à la consigne, ils remplissent, et remplissent encore les assiettes. Lors d’un deuxième passage, et après un bilan collectif autour des photographies de l’activité, certains évoluent et s’approprient une procédure pour réaliser des collections équivalentes. D’autres restent encore totalement hermétiques au concept de quantité dans ce cadre, l’écart de maturité est important en maternelle, ce n’est pas encore le bon moment pour eux. Ils pourront s’approprier ce concept plus tard dans l’année scolaire, au sein d’autres ateliers échelonnés.

En fin d’atelier, je propose à ceux qui ont réussi les premiers niveaux de réaliser des commandes à partir de consignes chiffrées, cette connaissance leur sera utile pour réaliser le dernier niveau.

Calculer, ajouter, soustraire (niveau 3)

Au niveau 3, les enfants disposent :

  • De pâte à modeler pour faire des boules (ajouter)
  • Des petits Post-it en papier pour cacher des boules (soustraire)
  • De cartes où figurent un nombre et la photo d’une assiette qui contient une quantité de marrons un peu plus grande ou plus petite que le nombre.

Si, sur la carte, le nombre est plus grand que la quantité de marrons de l’assiette, l’enfant doit ajouter des boules en pâte à modeler pour que la quantité de marrons devienne égale au nombre.

Si, sur la carte, le nombre est plus petit que la quantité de marrons de l’assiette, l’enfant doit cacher avec les Post-it les marrons en trop.

Cette activité de calcul est proposée aux enfants ayant déjà réussi les deux premiers niveaux, quelle que soit leur section.
Ils peuvent s’aider de leur bande numérique individuelle, pour faciliter la lecture des chiffres.

4. La chenille, jeu de société

Plateau de la chenille 1 à 9

Il s’agit d’un jeu de type memory. Le plateau représente une chenille composée de marrons numérotés ordonnés dans le sens croissant, de 1 à 6 ou de 1 à 9.

Principales compétences travaillées :
  • Respecter l’ordre de la suite numérique.
    Jouer chacun son tour.
  • Niveau 2 : associer le nom de nombres connus avec leur écriture chiffrée, de 1 à 6.
  • Niveau 3 : associer le nom de nombres connus avec leur écriture chiffrée, de 1 à 9.
Matériel :
  • 2 planches de jeu identiques, de 1 à 6 ou de 1 à 9.
  • des marrons numérotés de 1 à 9 avec un feutre de type Posca, pour chaque joueur.

Pour préparer le matériel, les 2 joueurs retrouvent et replacent sur leur planche de jeu les marrons numérotés. Ils préparent ainsi leur matériel et s’entrainent à reconnaitre les chiffres une première fois.

Déroulement du jeu :

Les 12 ou 18 marrons sont rangés sur la table. Ils sont retournés pour que les nombres soient cachés. Le memory peut commencer.

Chaque joueur doit recouvrir chaque nombre de sa chenille avec le marron indiquant le nombre identique, en allant du plus petit au plus grand.
Pour commencer un joueur pioche un marron.
S’il ne s’agit pas du 1, il le repose au même endroit. C’est à l’autre joueur de jouer.
Si le joueur retourne le marron numéroté 1, il le place sur sa planche et rejoue pour trouver le 2.
Et ainsi de suite. Le premier qui a fini sa chenille a gagné.

Pour le bilan de ce jeu, les élèves doivent reconstituer la plus longue suite numérique, sur une feuille blanche, avec les dessins de marrons numérotés.